Béatrice de Jurquet, Si quelqu’un écoute, La rumeur libre, 2017.

Si quelqu’un écoute a reçu le prix Max Jacob de poésie.

Lentement, une voix se pose. Voix faite de ces autres voix qui manquentvoix d’en bas, voix rescapées, voix accordées ou aimées. Quelque chose d’intérieur qui s’obstine au déchiffrement du monde.

Chaque poème tient dans une  attention extrême  à cette présence de soi au monde dans l’énigme, mais toujours au plus vrai. Une intimité.

Chaque poème est aussi un risque à prendre car il faut rester sur la corde et c’est tout.

Béatrice de Jurquet s’y tient entre fragilité et exigence. Sa poésie est cette ligne de vie, ce lieu où  l’expérience a lieu. Rien de superflu, les mots collent au plus près de cette expérience.

Et surtout pas de phrases, rien de déjà là.

Rien de déjà là pour s’approcher du cassé ancien, ce qui affleure des blessures, de l’enfance, des Pyrénées avec la grand-mère et Maurice Ravel, si proche en intense émotion et néant pour la sentimentalité.

Rien de déjà là non plus pour évoquer le quotidien, jours de dure ascension jours de rien, du chat dans la maison, de l’aube, du fleuve, des amis au restaurant. Il s’agit de saisir l’instant dans sa simplicité. Instant à peine retenu, vite échappé même si on veut du solide et pas d’altitude.

Pourtant la lumière filtre toujours quelque part quand les mots viennent à la saisir. Joie et espérance restent chevillées au corps, dans la poursuite de soi comme de cet autre poème à écrire :

Joie atavique à souffler doucement

sur le papillon,

ses ailes rudimentaires en pure perfection.


Le souffle l’a porté

miracle chancelant de lumière

jaune et bleu     à vie

 

Je cours derrière moi

ne crois rien espère tout.

Chantal Ravel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *