Marie-Thérèse Peyrin

Née le 18 Février 1957 à Nîmes, a grandi à partir de 3 ans en Basse-Ardèche mais ses véritables origines, en partie vigneronnes, sont Beaujolaises. Se définit « comme une femme au monde… Causante ou pas causante… Amarrée à la cause poétique autant qu’à la vie, laquelle remet on le sait tout en cause, à tout instant, et très probablement pour cause d’inventaire… »

Marie-Thérèse Peyrin par Winfried Veit.

Elle vit à Lyon.

Encouragée par la proximité amicale du poète écrivain Charles Juliet, elle s’est surprise depuis une quinzaine d’années à rédiger des textes en marge de sa vie ordinaire et professionnelle : des lettres, des notes et quelques poèmes. Elle écrit presque toujours pour quelqu’un de vivant. Il s’agit d’un choix à la fois naturel et prémédité.
Elle est mariée, a mis au monde trois enfants et vient d’accéder avec enthousiasme au statut grand-maternel. Elle a exercé pendant 40 ans dans le milieu des soins infirmiers psychiatriques. Entre autres projets de publications plus personnelles, elle prépare un roman sur cette longue expérience.
Depuis décembre 2004, à la faveur de l’éclosion des blogs sur internet, elle a tissé de nombreux liens culturels sur l’espace d’expression numérique de la cause des causeuses .  Cette activité internautique fébrile a donné naissance à l’association Lyonnaise  du même nom qu’elle a créée  en Février 2007 avec Marie-Ange SEBASTI, Guylaine CARROT et Armand DUPUY . Elle y a  partagé des  découvertes poétiques et humaines et mis en ligne des photographies personnelles … Elle a ensuite coordonné et initié jusqu’ici certains  projets qui ont permis de promouvoir la poésie en s’appuyant sur des partenariats associatifs, scolaires et institutionnels.

Quelques publications mémorables :
– Impassibles guetteurs, à un enfant redevenu poète, 1997-2005,
 éditions Sang d’encre, collection Opuscules, 2005.
– Les mains de Charles Juliet co-écrit avec Armand Dupuy et accompagné des peintures de Fanny Batt, Fred Bonna et Tanguy Dohollau, éditions Sang d’encre, collection Opuscules, 2006.

– Initiatrice de l’ouvrage collectif Attentivement Charles Juliet, Lettres d’ami(e)sJacques André Editeur, 2008.

un Jardin de visages, Galerie REALGAR, 4 textes accompagnant des peintures de Winfried VEIT. https://lerealgar-editions.fr/portfolio/un-jardin-de-visages/  en 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *