Texte de Claude Vercey

Goléador

   

Je rôde où je règne: dans la surface qui demeure

 

mon jardin (ce fut écrit) à l’affût je menace: les coups

que l’on joue à fond sont rares, affaires de flair

 

mais je pèse autour du point des seize mètres je tourne

comme autour de son piquet la mule dont je possède la

 

frappe (aussi ce fut écrit) je donne le change on

m’observe je trottine en paraissant courir je ne

m’épuiserai pas en courses vaines mais je démarre

 

pour faire peur dans l’espoir qu’il m’accroche

et je m’effondre aussitôt méchamment le nez dans

le gazon j’aime qu’il ait confiance en lui qu’il

 

me dédaigne les chiens à qui l’on confie ma garde

courent de plus en plus vite jonglent frappent les deux

pieds des athlètes qui me bousculent je prends

 

le temps de me relever je râle il suffirait

qu’il vaguement prenne pitié sur trois foulées

un drible un crochet le cuir il ne le reverra plus

 

en attendant je touche mes protège-tibia j’a-

baisse les chaussettes sur les mollets tétanisés il

finira par se lasser  c’est mon pari je m’essouffle

 

mais comme personne je maîtrise le temps je connais

la patience l’humilité de l’obscur artisan et zone

à la limite du hors-jeu où en douce vous me poussez

 

je serai là encore pourtant au coup de sifflet: aurai

la force de lever les bras avec les jeunots de l’équipe

de chanter comme un homme sous la douche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *